Skip to content

Notre histoire

AFPMA année 60

Les années 60 - La création

C’est en 1961 que tout commence…

Crée par les Chambres Syndicales de la Métallurgie de Bourg en Bresse et Bellegarde ainsi que les entreprises de l’Ain, pour les citer, Morgon, Tréfilerie TCB, Câble de Lyon, ROC Bellegarde et JMF Belley, le centre de formation de l’AFPMA, se fonde dans un objectif commun « assurer, par des moyens appropriés, la formation et la promotion du personnel de tous niveaux aux métiers des métaux de l’Ain ».

Un an après, la toute première rentrée compte 90 apprentis dispersés sur quatre villes, Bellegarde, Bourg-en Bresse, Culoz et Nantua. L’AFPMA forme dans un premier temps aux secteurs mécaniques, métaux en feuilles et mécaniques agricoles et l’ouverture des promotions du secteur de l’automobile arrivera cinq ans plus tard.

Puis une nouvelle vocation se confirme à l’AFPMA en 1966. Sous l’essor de la loi Debré (système de contrats entre l’État et les établissements d’enseignement privés), le centre met en place des cours de promotion sociale et d’organisation du travail destinés aux salariés, permettant ainsi de leur proposer des parcours de formation tout au long de leur carrière.

Les années 70

Saisissant l’opportunité des premières grandes réformes de l’apprentissage et l’institution de la formation continue, l’AFPMA ne cesse de grandir. Notre centre s’installe alors en 1972, à Bourg en Bresse dans des locaux neufs construits Avenue d’Arsonval ce qui va permettre d’accueillir 270 apprentis et de développer la formation continue.

Malgré le premier choc pétrolier, les projets d’extension ne sont pas pour autant mis de côté et c’est en 1976 que l’AFPMA décide de s’implanter sur la commune de Péronnas. Tous ces investissements permettent au centre d’acquérir des équipements quatre fois plus importants et ainsi offrir des possibilités de formation plus étendues. Un internat comptant près de 150 lits ainsi qu’un espace de restauration viennent également compléter la structure.

Dans la foulée, l’AFPMA absorbe par fusion l’ASFO CIFOP (stages inter-entreprises et sur mesure) et développe un nouveau champ d’expertise en soudage notamment en signant un partenariat avec l’Institut de Soudure.

AFPMA Année 70

Les années 80

Rentrant dans une période où l’industrie ne cesse d’évoluer, l’AFPMA, toujours à l’écoute des entreprises et de son territoire, déploie ses champs d’activités. Le centre propose désormais des formations aux automatisations de production, en maintenance industrielle, aux automatismes mécaniques, … et continue bien entendu de développer son expertise soudage.

Après la réforme de la formation en 1986, l’apprentissage s’élargie vers d’autres niveaux de qualification permettant au centre d’ouvrir des sections BEP et BAC PRO. En complément des contrats d’apprentissage, l’AFPMA commence dès les années 80 à mettre en place des parcours de certification pour répondre à une forte pénurie d’ouvriers qualifiés et au nombre important d’offres d’emploi.

L’AFPMA s’affirme comme partenariat incontournable des actions de développement de la compétitivité industrielle du département et se voit récompenser du 1er prix du concours Ain Qualité.

Les années 90

Avec un pays en pleine récession, l’industrie perd de ses emplois… C’est donc dans un contexte difficile que l’AFPMA participe à la relance de l’apprentissage en suivant les accords de la région Rhône-Alpes et notamment en créant une alliance avec l’éducation nationale qui donne naissance aux UFA. Par ailleurs, une demande se fait ressentir par les constructeurs de moules du territoire ce qui mène l’AFPMA à ouvrir une antenne à Oyonnax.
Toujours dans un objectif d’amélioration, ces années sont également l’opportunité de lancer la démarche qualité du centre de formation.
Puis, la fin des années 90 arrive et un nouveau secteur voit le jour à l’AFPMA : les formations aux métiers de la logistique, proposées aussi bien en apprentissage qu’en formation continue. Ainsi, les extensions et la restructuration des installations sont d’autant plus essentielles au bon développement du centre. C’est donc 8 100 m2 supplémentaires qui s’ajoutent en cette fin de décennie. 

Les années 2000

Le changement de millénaire est également signe de nouveauté pour le centre. L’AFPMA ouvre son premier BTS en maintenance industrielle qui sera rapidement rejoint par trois autres en Usinage, Chaudronnerie et Electrotechnique.

En dépit des réductions de flux dans le secteur de l’automobile, l’AFPMA décide de clore son antenne d’Oyonnax et quelques années plus tard d’abonner ses activités de réparations automobiles et mécaniques agricoles.

Toutefois, ces fermetures donnent place à un nouveau secteur de formation, l’énergétique.

L’AFPMA profite d’une période économique favorable pour continuer sur sa lancé en rénovant ses locaux, en investissant dans les nouvelles technologies (robot soudage, cellules robotisés, …) et en amélioration et en modernisant sa communication.

Ces années-là, marquent également le lancement d’une nouvelle activité de conseils aux entreprises sur diverses thématiques : RH, bilan de compétences, organisations industrielles, … 

Les années 2010

Pour répondre aux besoins du territoire, la diversification de l’AFPMA se poursuit. Non seulement, des formations de sécurité cadre réglementaire se créent (CACES, Habilitation, incendie, SST, …) mais également deux nouveaux BTS (Technico-Commercial et Informatique& Réseaux) s’ouvrent.

Cette période est également un virage pour l’activité Soudage avec la création d’un centre unique en France, agencé en 2016 sur le site de l’AFPMA.

Pour la toute première fois, l’ensemble des activités de l’AFPMA sont regroupées sous la même enseigne, avec un seul et même logo et pour nom « Pôle formation des industries technologique de l’Ain » qui sera remplacer par l’enseigne actuelle « Pôle formation UIMM Ain ».

vue 3D AFPMA pole formation

2020 et plus si affinités...

Avec l’innovation au cœur de sa stratégie, l’AFPMA, Pôle Formation UIMM Ain, œuvre chaque jour avec engagement pour être au plus proche des entreprises, des apprenants et s’adapter à la culture 4.0 : 
Investissements en équipements de Fabrication additive, déploiement des robots de soudage …

Et notre chantier en cours :
la reconstruction de l’atelier usinage et de nouveaux aménagements à l’étage…